Tu es dans: Page d'accueuil Nouvelles Entretien avec Gisela López Rosado, CEO de Norvil

16.04.2020

Entretien avec Gisela López Rosado, CEO de Norvil

Cette année nous célébrons le 40 anniversaire de Norvil  et nous voulons profiter de cette occasion pour que vous puissez mieux connaître les personnes derrière chaque e-mail ou appel téléphonique. Pour cela, au cours des prochains mois, vous trouverez un entretien mensuel avec chacun des collaborateurs de Norvil.

Nous avons commencé avec Gisela López Rosado, CEO de Norvil. Nous espérons que vous aimez!
 

Où et quand l'entreprise est née?
A Lugones, petite ville des Asturies en mars 1980.


À quoi ressemblaient les principes? Que vendait l'entreprise au début?
Nous n'avons vendu que des chemises très basiques pour le marché de l'uniformité. Certains de ces modèles se vendent encore ...
A cette époque, tout était très simple, ce que nous fabriquions, nous l'avions vendu, le travail commercial était basé sur la confiance et la puissance de votre marque qui, depuis le début, était toujours synonyme de qualité et de sérieux. Il n'y avait pratiquement aucun produit importé, la concurrence était moins agressive. Il n'y avait pas d'Internet, car il n'y avait pas de téléphones portables.

Principales étapes
Il y en a eu plusieurs. Je me souviens quand en 1988 nous avons sorti les premières chemises et chemisiers pour femmes. Quand nous avons commencé le voyage international dans les années 90, mais surtout quand en 2002 nous avons commencé à fabriquer d'autres produits. Tout était nouveau pour nous, c'était un grand défi, mais grâce à cette décision, Norvil a la position actuelle sur le marché et la possibilité réelle de fabriquer n'importe quel type d'uniforme.

Quel a été le plus grand défi pour Norvil?
On ne peut pas en parler d'un seul, au cours de ces années, nous avons constamment été confrontés à de grands défis, passer des démarches d’une fabrication local à une internationale pourrait en être un. Décider que notre chemin était vers le design et la qualité au lieu du prix, était une autre, car cela signifiait toute une révolution interne, avec des changements constants et une culture d'adaptation à l'environnement qui entoure tout. Nous sommes des lutteurs par nature.

Quel est le plus grand succès de Norvil?
Maintenir la confiance de plusieurs de nos clients pendant 40 ans. Cela est un travaillé au quotidien. 

Quand et comment avez-vous commencé à travailler chez Norvil?
En septembre 1987, je suis resté quelques mois, mais quelque chose m'a captivé et j'ai décidé de rester. J'ai toujours la même illusion que dans ces temps.

Qu'est-ce qui vous motive le plus lorsque vous venez travailler tous les jours.
J'aime mon travail, mais surtout j'aime les nouveaux défis. Chez Norvil on ne s'ennuie jamais, il y a toujours de nouveaux projets à développer.

Que faites-vous pendant votre temps libre?
Je suis passionnée de voyages, d’apprendre de nouvelles cultures, partager d'autres façons de voir la vie et approfondir l'histoire de chaque endroit. J'aime aussi beaucoup lire et cultiver mes propres légumes et fleurs, ce qui me fait me déconnecter.

Qu'est-ce qui vous rend le plus fier en tant qu’entrepreneur ?
L'équipe humaine que je dirige. Ce sont des gens capables et très impliqués. Nous nous sentons comme une grande famille.

Le plus beau jour de l'entreprise.
Sûrement l'incorporation d'un de mes fils à ce projet que nous avons dans la peau. Les nouvelles générations poussent fort, ce sont des personnes hautement qualifiées et elles sont une source d'air frais pour notre entreprise.

Le jour le plus difficile dans l'entreprise / le plus grand défi auquel l'entreprise a été confrontée / la décision la plus difficile
Il y a toujours eu des moments difficiles au niveau stratégique, mais sans aucun doute ceux qui me touche le plus sont ceux qui ont à voir avec les Ressources Humaines. Probablement le plus difficile a été lorsque nous avons pris la décision de faire un PLE à la suite de la crise arrivé en 2008. Heureusement, cela a servi à préserver l'entreprise et à reprendre notre position sur le marché.

La plus grande peur en tant qu'entrepreneur.
Ne pas prendre mes bonnes décisions. C'est une grande responsabilité d'avoir autant de familles qui en dépendent.

Pour l'avenir, comment voyez-vous Norvil dans 5 ans? Des priorités pour l'avenir immédiat?
Bien que la situation actuelle n'invite pas à l'optimisme, je la vois comme une opportunité d'améliorer nos points faibles et de recentrer notre activité. Nous devons être capables d'observer, d'analyser et de bien planifier nos actions futures à tous les niveaux, pour nous positionner comme un leader au niveau international.